« Autres villes

         
Le site des sorties entre amis et rencontres amicales dans ta ville.
Nos Bons Plans »
Vacances inter OVS »
Grâce à ton aide, le site restera sympathique comme tu l'aimes !

Quel problème veux-tu soumettre à la communauté ?

Photo



Descriptif du profil



LifeOnM  
Clique pour voir la géolocalisation du membre
Date d'inscription
16 Septembre 2016

Dernière reconnexion
27 Juillet 2017 - 08h30

Ses sorties favorites
 
 
 
 
 
 
 

Fiabilité
2 14 0 0
  100%
Infos perso
Classements
Prénom : Agnes
Sexe : Femme
Situation : Célibataire, avec enfant(s)
Date de naissance : 28 Mai 1938 (79 ans)
Localisation : Bouliac

Les + populaires !n°345 (-5)
Eux= toujours partantsn°451 (-97)
Y a pas plus ouverts !n°569 (-13)
Ils ont plein d'idées ;)n°738 (+8)
Son petit mot

Comme beaucoup ici, j ai envie de sortir, de me cultiver, de rencontrer de nouvelles personnes.

la vie est trop courte ...

Je remettrai un poeme en juin !

 

Quelques belles choses  en attendant ....

 

Poeme de juin -pour tous les charmeurs et charmeuses de juin (peu importe leur age) - on n'est pas serieux quand on a 17 ans - Arthur Rimbaud

 

On n'est pas sérieux, quand on a dix-sept ans.


- Un beau soir, foin des bocks et de la limonade,
Des cafés tapageurs aux lustres éclatants !
- On va sous les tilleuls verts de la promenade.

Les tilleuls sentent bons dans les bons soirs de juin !
L'air est parfois si doux, qu'on ferme la paupière ;
Le vent chargé de bruits, - la ville n'est pas loin, -
A des parfums de vigne et des parfums de bière ...

- Voilà qu'on aperçoit un tout petit chiffon
D'azur sombre, encadré d'une petite branche,
Piqué d'une mauvaise étoile, qui se fond
Avec de doux frissons, petite et toute blanche ...

Nuit de juin ! Dix-sept ans ! - On se laisse griser.
La sève est du champagne et vous monte à la tête ...
On divague ; on se sent aux lèvres un baiser
Qui palpite là, comme une petite bête ... 

Le coeur fou Robinsonne à travers les romans,
- Lorsque, dans la clarté d'un pâle réverbère,
Passe une demoiselle aux petits airs charmants,
Sous l'ombre du faux-col effrayant de son père ...

Et, comme elle vous trouve immensément naïf,
Tout en faisant trotter ses petites bottines,
Elle se tourne, alerte et d'un mouvement vif ...
- Sur vos lèvres alors meurent les cavatines ...

Vous êtes amoureux. Loué jusqu'au mois d'août.
Vous êtes amoureux. - Vos sonnets la font rire.
Tous vos amis s'en vont, vous êtes mauvais goût.
- Puis l'adorée, un soir, a daigné vous écrire ... !

- Ce soir-là, ... - vous entrez aux cafés éclatants,
Vous demandez des bocks ou de la limonade ...
- On n'est pas sérieux, quand on a dix-sept ans
Et qu'on a des tilleuls verts sur la promenade

 

Video Frederic Lenoir : philosophe - sociologie

Nous en discutions samedi soir.

Video sur le bonheur

https://youtu.be/FsF6mAxsAho

 

Poeme de Paul Eluard

 

Notre Mouvement 
Nous vivons dans l'oubli de nos métamorphoses
Le jour est paresseux mais la nuit est active
Un bol d'air à midi la nuit le filtre et l'use
La nuit ne laisse pas de poussière sur nous
Mais cet écho qui roule tout le long du jour
Cet écho hors du temps d'angoisse ou de caresses
Cet enchaînement brut des mondes insipides
Et des mondes sensibles son soleil est double
Sommes-nous près ou loin de notre conscience
Où sont nos bornes nos racines notre but
Le long plaisir pourtant de nos métamorphoses
Squelettes s'animant dans les murs pourrissants
Les rendez-vous donnés aux formes insensées
À la chair ingénieuse aux aveugles voyants
Les rendez-vous donnés par la face au profil
Par la souffrance à la santé par la lumière
À la forêt par la montagne à la vallée
Par la mine à la fleur par la perle au soleil
Nous sommes corps à corps nous sommes terre à terre
Nous naissons de partout nous sommes sans limite
Paul Eluard in Le dur désir de durer

 

Un poeme hyper-connu de Verlaine "Mon reve familier" 

 

Je fais souvent ce rêve étrange et pénétrant
D'une femme inconnue, et que j'aime, et qui m'aime
Et qui n'est, chaque fois, ni tout à fait la même
Ni tout à fait une autre, et m'aime et me comprend.

Car elle me comprend, et mon coeur, transparent
Pour elle seule, hélas ! cesse d'être un problème
Pour elle seule, et les moiteurs de mon front blême,
Elle seule les sait rafraîchir, en pleurant.

Est-elle brune, blonde ou rousse ? - Je l'ignore.
Son nom ? Je me souviens qu'il est doux et sonore
Comme ceux des aimés que la Vie exila.

Son regard est pareil au regard des statues,
Et, pour sa voix, lointaine, et calme, et grave, elle a
L'inflexion des voix chères qui se sont tues.

 

Quelques citations de Jacques Prévert :

  • Il faudrait essayer d'être heureux, ne serait-ce que pour donner l'exemple.
  • La meilleure façon de ne pas avancer est de suivre une idée fixe.
  • Si quelqu'un vous dit : "Je me tue à vous le répéter", laissez-le mourir.
  • Saint Martin a donné la moitié de son manteau à un pauvre : comme ça, ils ont eu froid tous les deux.
  • On a beau avoir une santé de fer, on finit toujours par rouiller !!!!

 

    Pour :
  • Lui envoyer un message privé
  • Voir la liste de ses futures sorties
  • Savoir si tu l'as déjà croisé lors d'une sortie

  • Connecte-toi !
Pros : créez & placez votre publicité ici »

« Voir les autres

Viens discuter sur le forum


0.0454s